Le portail de l'armement

Mot de passe oublié ?
Accéder au site web en Français Accéder au site web en Espagnol Accéder au site web en Anglais

Mise à jour : 22/05/2012 10:24

R&T de base / Etudes technologiques / Démonstrateurs

En se référant à l’échelle des TRL (Technology Readiness Level) :

métrique internationalement reconnue d’appréciation du degré de maturité atteint par une technologie depuis ses premiers balbutiements en laboratoire, jusqu’à son utilisation réussie sur le terrain opérationnel, les études amont s’articulent autour de trois volets :
-  la R&T de base (TRL 1, 2 ou 3
-  les études technologiques (TRL 4 et 5),
-  les démonstrateurs technologiques (TRL 6) ou opérationnels (TRL 7)

La R&T de base explore le champ des technologies émergentes susceptibles d’applications dans le domaine de la défense. Elle constitue le vivier des technologies qui, pour les plus prometteuses d’entre elles, feront demain l’objet d’études technologiques plus approfondies, voire après-demain de démonstrateurs.

Les études technologiques sont destinées à initier une convergence vers la maîtrise du risque technologique. Elles permettent de passer du concept étudié en laboratoire à une maquette capable d’évoluer dans un environnement préfigurant une utilisation opérationnelle future.

Enfin les démonstrateurs permettent de valider un ensemble de technologies dans des conditions représentatives de l’environnement opérationnel. Ils fédèrent les équipes autour de projets ambitieux ou de coopérations les préparant à relever les défis techniques des futurs programmes et à en valider les organisations étatiques et industrielles.

Toutes les technologies appréhendées au titre de la R&T de base n’aboutissent pas sur le terrain opérationnel. De nombreuses sont écartées au cours de cette phase, d’autres ne franchissent pas le cap parfois difficile des études technologiques (points durs techniques, échec, problèmes de coûts, etc.). Pour illustrer ce fait, on peut emprunter au Département de la défense américain l’image de la « Vallée de la Mort »

ou au Ministère de la défense britannique l’idée d’un « entonnoir des technologies ».

Dès lors, un équilibre et une répartition pertinente des crédits d’études amont entre ces trois types d’activité de recherche doivent être trouvés pour permettre d’amener à court et moyen termes des technologies ciblées et prioritaires à un degré de maturité acceptable par les programmes, sans négliger les technologies émergentes indispensables à des progrès long terme.

Dans un contexte budgétaire contraint et en s’imposant des choix parmi les multiples objectifs et enjeux, la DGA s’efforce de maintenir la répartition suivante des crédits d’études amont :

15 % pour la R&T de base, dont Recherche Exploratoire et Innovation (REI) et formation par la recherche (thèses et stages post-doctorat), 50 % pour les études technologiques, 35 % pour les démonstrateurs.

Cette répartition permet en partant d’un nombre suffisant de technologies émergentes, d’amener des technologies prometteuses pour la défense au stade du franchissement des points durs techniques, de compenser les échecs et, in fine, de garantir la disponibilité de technologies matures pour les programmes futurs.

Documents

Document (JPEG 15.3 ko)

Document (JPEG 19.6 ko)

Document (JPEG 12.2 ko)

Document (JPEG 18.1 ko)

Document (JPEG 19.4 ko)

2017 Ixarm