Le portail de l'armement

Mot de passe oublié ?
Accéder au site web en Français Accéder au site web en Espagnol Accéder au site web en Anglais

Mise à jour : 25/01/2012 10:36

Présentation

Les études à caractère opérationnel et technico-opérationnel (EOTO) s’inscrivent dans le champ des études de défense, au côté des études amont (EA) et des études à caractère politico-militaire, économique et social (EPMES).

Les EOTO éclairent au plan opérationnel et technique les choix en matière d’équipement ou d’emploi de ceux-ci. Elles sont réparties en trois catégories :

  1. les études de prospective opérationnelle (PTO), qui apportent des éléments d’appréciation pour l’expression des besoins militaires futurs,
  2. les études technico-opérationnelles (ETO), qui servent à optimiser, pour les systèmes futurs ou dans le cadre des évolutions des systèmes existants, les caractéristiques opérationnelles, les spécifications techniques ainsi que les coûts associés ; elles peuvent notamment s’appuyer sur des simulations,
  3. les études à caractère opérationnel (EO), qui concernent principalement l’emploi, sans remettre en cause les caractéristiques techniques.

Les EO sont par nature essentiellement conduites par les états majors et les centres de recherche opérationnelle et de simulation des armées.

Les PTO et les ETO précèdent la phase de définition des programmes d’armement ou le lancement d’évolutions potentielles de systèmes existants. Elles permettent d’effectuer certains arbitrages sur les technologies utilisées, les conditions opérationnelles d’emploi des systèmes d’armes ou encore le dimensionnement des équipements. La capitalisation des résultats d’études conduit à constituer un socle d’outils et de connaissances permettant de répondre de façon réactive à des besoins de synthèse ou à des questions ponctuelles de nature technico-opérationnelle.

En regard de leur rôle dans le processus de préparation des programmes, il est possible de décrire plus précisément les champs d’application des PTO et des ETO :

Au plus amont se situent les PTO, qui constituent des aides à l’orientation des travaux ultérieurs par leur approche fonctionnelle développée, et certaines ETO à caractère plus exploratoire. Ces études ne se rapportent pas directement à un programme particulier ; elles peuvent avoir pour objectif :

-  de comprendre et de décrire la dynamique des fonctions opérationnelles sur les théâtres d’opération et les évolutions que les nouveaux programmes ou les nouveaux concepts sont susceptibles d’induire dans les opérations,
-  d’explorer les possibilités nouvelles ouvertes par les technologies, voire l’utilisation de nouvelles technologies, sources de ruptures potentielles,
-  d’évaluer et d’approfondir les idées de systèmes qui constituent des éléments clés de la démarche du Plan Prospectif à 30 ans (PP30),
-  d’évaluer l’impact de certaines menaces sur les capacités opérationnelles considérées.

Ces EOTO sont utiles pour structurer la cohérence d’un système de forces ou entre les systèmes de forces. Cadre privilégié où se confrontent les réflexions sur l’évolution du besoin opérationnel et l’évolution des technologies, elles fournissent de nombreuses données pour le PP30 (émergence de nouveau projets fédérateurs ou plans structurants, données relatives aux idées de systèmes, etc...) et permettent d’enrichir et de faire progresser l’expression du besoin opérationnel. Elles contribuent également à l’orientation des études amont, en identifiant des axes d’étude à approfondir, et fournissent des données utiles à la spécification de ces études. A l’inverse, elles permettent souvent d’éviter des dépenses inutiles sur des thèmes « à la mode ».

Plus en aval se situent les ETO qui s’inscrivent dans le cadre de la préparation du lancement des programmes ; elles peuvent avoir pour objectif :

-  d’évaluer la contribution de futurs programmes aux capacités opérationnelles et de comparer l’impact capacitaire de différents choix ;
-  d’élaborer un cahier des charges fonctionnelles et de préciser les spécifications en tenant compte des systèmes adverses ;
-  d’évaluer et d’optimiser au plan technico-opérationnel la cohérence des sous-systèmes.

Ces EOTO participent aux efforts consentis pour la cohérence du système de défense. Elles permettent de jeter les bases des programmes et mettent en exergue les éventuelles modifications associées qu’il faudra apporter à la doctrine opérationnelle ou à l’organisation des forces pour répondre au besoin.

Pour tout renseignement complémentaire, contacter le coordonnateur DGA :

ICA Philippe Dunaud

Adjoint au Directeur technique

DGA/DS/SASF/CATOD

Mél : philippe.dunaud@dga.defense.gouv.fr

2017 Ixarm